Les bourses européennes sauvées par le gong

Vendredi noir sur les places boursières européennes après l’effondrement de la bourse de Tokyo quelques heures plus tôt, le Nikkei perdant 9,62% à 8276 points.

Ce vendredi, dernier jour d’une semaine calamiteuse pour la plupart des entreprises cotées en bourse, ce sont les places boursières qui ont pris le relais en s’effondrant à leur tour.

Le CAC40 à Paris termine la journée à -7,73% après avoir frôlé les -12%.

A Londres, le FTSE 100 s’en sort un peu mieux avec une baisse de -5,24%.

A Francfort le Dax plonge de -6,90%, entrainé par la baisses impressionnantes enregistrées par la Deutsche Bank (-15,06%) et la Deutsche Postbank (-14,01%).

A Madrid, l’IBEX 35 n’est pas mieux loti avec une baisse de -9,14%, record historique, le Banco Santander perdant -10,49% dans la journée, BBVA y laissant -9,57%.

Et la liste des places boursières affectées par une crise sans précèdent qui ne semblent pas vouloir s’arrêter malgré les déclarations des chefs d’états les plus influents.

Aux Pays-bas, l’indice AEX a perdu 8,34% de sa valeur ce vendredi.

Le PSI20 au Portugal ne fait pas mieux que son voisin espagnol, chutant de 7,67%

En Italie le SPMIB enregistre une baisse de -4,77% et la Suisse si rassurante quand il s’agit de finances voit son indice SSMI baisser de 4,75%.

Après cette journée noire en Europe c’est au tour des Etats-Unis d’attirer tous les regards des cambistes et de tous ceux qui craignent pour l’économie de la planète.

Mais le Dow Jones hésite ouvrant à la baisse, les investisseurs ayant perdu visiblement tout point de repère. Même le discours du président des États-Unis Georges Bush, déclarant que les autorités américaines avaient les moyens de combattre la crise économique, ne suffit plus à rassurer la Bourse de New York qui fluctue autour de -6% à -7% de baisse avant de remonter dans le vert et de terminer à -1,49%.

TraderMais c’est vendredi aujourd’hui, un vendredi noir certes, mais la fin de la semaine pour les places boursières européennes qui sont, si on peut dire, sauvées par le gong.

C’est le week-end, deux jours de répit pour réfléchir, analyser la situation, voir comment la bourse de New York va réagir à la réunion du G7 à Washington.

Cependant, les multiples interventions de ces dernières semaines n’avaient pas réussi à redonner confiance à l’économie mondiale. Les Américains ont pourtant voté le plan Paulson qui prévoit d’injecter 700 milliards de dollars sur le marché pour sauver les entreprises en difficulté, mais les doutes persistent.

Les Banques centrales des plus grands pays se sont concertées pour baisser leur taux de crédit… mais cela n’aura servi qu’à retarder la chute des bourses de quelques heures.

Alors que pourraient bien déclarer les chefs d’Etats des 7 pays les plus puissants de la planète pour enrayer cette chute dans un précipice qui ne parait pas avoir de fond ?

C’est tout un système qui s’écroule, pas seulement l’immobilier comme on voulait le faire croire au début. Les Banques sont touchées bien évidemment par la crise de l’immobilier car il faut bien financer l’achat ou la vente d’immeubles.

Et plus grave encore, tous les secteurs sont touchés par cette crise car l’économie moderne a fait de sorte que tout soit globalisé, enchevêtré, tissé de telle manière que si une maille de la combinaison est tirée c’est toute la structure qui se détisse.

2 réponses pour “Les bourses européennes sauvées par le gong”

  1. Les bourses européennes sauvées par le gong…

    Vendredi noir sur les places boursières européennes après l’effondrement de la bourse de Tokyo quelques heures plus tôt, le Nikkei perdant 9,62% à 8276 points.
    Ce vendredi, dernier jour d’une semaine calamiteuse pour la plupart des entreprises…

  2. …ce sont les places boursières qui ont pris le relais en s’effondrant à leur tour.

    Le CAC40 à Paris termine la journée à -7,73% après avoir frôlé les -12%.

Écrire un commentaire